Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

La chair du Diable

(The Creeping Flesh)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 13

Moyenne obtenue : 6.50/10

n°2 - 5/10 Chris

29 novembre 2020

J'avoue avoir eu beaucoup de mal avec ce film, et ce malgré la présence des 2 monstres sacrés que sont Christopher Lee et Peter Cushing. L'histoire est chaotique et le scénario basique aux effets spéciaux indigents. Moi je n'ai pas vraiment aimé ce film et m'y suis terriblement ennuyé. Dans ces années là je lui est largement préféré un film de 1972 tout aussi Anglais de même style et de même époque Victorienne (1875), THE ASPHYX L'ESPRIT DE LA MORT qui est lui proche du chef d'œuvre.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 8/10 Francis Schall

20 juin 2010

Un film cruel, et passionnant par ses thèmes. Un grand film. Un film de science-fiction… «Gothic». Qui gagne à être vu et revu. De préférence en son format d’origine 1.85 (la photo très travaillée y perd énormément dans les coupes latérales du fréquent 1.37, ou même 1.66 dans lequel il est proposé presque partout) et en version originale sous-titrée pour goûter le véritable jeu des interprètes (comment parler autrement du travail d’un acteur ?!). Tous sont parfaits : voir la jeune et très belle Lorna Heilbron, époustouflante dans sa composition de basculement dans la folie. Peter Cushing et Christopher Lee (les deux stars de la Hammer Films) ont tant tourné, et quelques fois indéniablement pour remplir la marmite, que certaines de leurs prestations sont tout juste honnête (j’ai revu tout récemment le terriblement surestimé And now the screaming starts de Roy Ward Baker : Cushing y était plus que passable ! Quant à certain rôle, en particulier de créatures, de Lee elles sont parfois outrées : on préférerait oublier par exemple sa momie dans La malédiction des pharaons (Terence Fisher - 1959). Ici, ils sont en parfaite osmose. C’est sans doute le meilleur film qui les réunit et la meilleure prestation de Cushing pour cette décennie. Celui-ci rend très crédible un personnage aux problématiques intellectuelles et psychologiques compliquées et Lee est impeccable dans un registre austère et hautain dissimulant une ambition extrême prêt à tout pour évincer son frère d’un prix scientifique prestigieux. Il faut l'entendre, en directeur d’asile d’aliénés, déclarer posément : "Malheureusement, dans l'état actuel de la société, on ne nous permet pas d'expérimenter sur des personnes. Des personnes normales, s’entend."
Avec les classiques de la Hammer Films (les Frankenstein et autres), et quelques productions de la Amicus, voici encore un film essentiel de science-fiction britannique, même s’il est présenté sous les habits de l’épouvante. Un bijou sombre indispensable pour les vrais amateurs de science fiction… victorienne ! Un film vraiment original qu’on n’est pas près d’oublier !

Avatar choisi par le scifinaute