Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Godzilla

(Gojira)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2
Total des points : 17
Moyenne obtenue : 8.50/10

n°2 - 10/10 Fog Horn

24 janvier 2018

Un classique des classiques qui n'a rien perdu de sa puissance et de sa noirceur. GODZILLA exprime en effet avec une rage incroyable le traumatisme provoqué par le bombardements atomique des villes japonaises survenu 9 ans plus tôt. Ce n'est pas qu'un simple film de monstre, c'est une oeuvre qui sort véritablement des tripes de son auteur. La réalisation est sans concession, les scènes de destruction y sont étonnamment brutales et l'utilisation du noir et blanc ajoute un aspect par moment proche du documentaire (notamment dans les séquences mettant en scène les victimes). Rien à voir avec les multitudes suites qui joueront la carte de l'entertainment (et encore moins avec les versions américaines), ici l'ambiance est pesante, déprimante, apocalyptique. Tout ça sans oublier la musique, inoubliable. Un chef d'oeuvre.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 KX69

12 décembre 2008

Godzilla est un film profondément japonais, un Japon en pleine modernisation mais encore très agricole et dont la société est solidement ancrée dans les traditions, et évidemment marqué par le traumatisme neuf ans auparavant de Nagasaki et Hiroshima.
Godzilla est traité comme une menace vraiment terrifiante. Il est encore loin d'être l'ami des enfants qu'il deviendra. Le film présente beaucoup de scène de panique, d'organisation de secours et d'accueil de réfugiés sur un mode quasi documentaire.
Le film est surtout centré autour du professeur Sirwazate et de son dilemme: utiliser l'arme terrifiante qu'il a créé pour lutter contre la créature mais qui tombera immanquablement entre de mauvaises mains ou laisser le monstre multiplier les morts et les destructions.
Quant à Godzilla, sa mort est quasi pathétique: il apparaît finalement comme une victime de la folie humaine. Ses interventions nocturnes et peu nombreuses, lui confèrent de la crédibilité. Le travail sur les maquettes devait rendre les scènes de destructions très impressionnantes à l'époque. Deux ans plus tard, le film sera remonté par Terry Morse avec des ajouts mettant en scène Raymond Burr et effaçant tout allusion à la catastrophe nucléaire pour sortir sur les écrans US. De l'avis général, cette version n'a pas d'intérêt et doit être évitée.

Avatar choisi par le scifinaute