Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Smallville

(Smallville)

 Les critiques

Nombre de critiques : 11

Total des points : 75

Moyenne obtenue : 6.82/10

n°11 - 10/10 Tyller

18 juillet 2011

En regardant les critiques, je ne comprends pas les notes de certains d'entre vous en mettant des notes aussi basses. Il faut d'abord savoir que la série est basée sur les comics, ils ont repris exactement l'histoire de superman tel que décrit dans les bd originels. De plus, il faut l'avouer, mais de toutes les séries qui existent, on peut sûrement compter le les doigts de la main le nombre qui ont une fin finie et non une fin en queue de cochon.Pour finir, non ce n'est pas une série de merde pour les fillettes à la Buffy où je ne sais pas trop quoi. Les scripts sont bien faits. Les acteurs sont tous excellent.

Avatar choisi par le scifinaute

n°10 - 9/10 doubidou

13 mai 2011

Personnellement, j'ai adoré (puisqu'elle se termine) cette série.
Les personnages y sont finement décrits, un peu d'humour, pas mal de psychologie et de rebondissement. Certains personnages sont excellents ! (et mériteraient à eux-seuls une série). Le meilleur personnage étant celui de Lex Luthor tenu pas Michael Rosenbaum, troublant à souhait.

Avatar choisi par le scifinaute

n°9 - 6/10 Sans nom

26 avril 2006

C'est dommage, Superman ne sera jamais dans son costume mais comme dit la personne qui a fait le premier commentaire il y a de nombreuses allusions comme ces nombreux tee-shirts toujours bleus et rouges ou sa veste rouge ou encore la mascotte de son ancienne équipe de foot...

Avatar choisi par le scifinaute

n°8 - 10/10 Sans nom

12 juillet 2005

Cette séries mérite d'avoir un grand 20 sur 20 car c'est la meilleures de toutes les séries il y a énormément d'action, les acteurs et actrices sont beaux et belles en plus ils jouent très bien il me tarde d'être a la cinquième saison car la quatrième saison était fantastique. Les effets spéciaux sont remarquables surtout des qu'ils sont aux ralentit . Lois Lane (Erica Durance) joue super bien ce rôle à été fait pour elle.

Avatar choisi par le scifinaute

n°7 - 10/10 Sans nom

08 juillet 2005

Moi, je n'ai ratée aucun épisode de SMALLVILLE. Franchement j'adore cette série en plus les acteurs sont beaux, belles et ils jouent super bien il y a beaucoup d'action, de suspense, etc....

Avatar choisi par le scifinaute

n°6 - 5/10 Gary Alexander

29 décembre 2004

Quitte à me faire huer, je trouve cette série vraiment moralisatrice et dénué d'un quelconque charme. On ne s'attache pas du tout aux personnages, sauf à celui de Lionel Luthor, que l'acteur John Glover rend tour à tour dynamique et tyrannique. Mais, il est vrai que ce dérivé de SUPERMAN n'est pas pour autant désagréable à suivre, à défaut d'être palpitant. A la limite, on suit un épisode de temps en temps, lorsque l'on n'a rien d'autre à faire.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 1/10 Sans nom

27 juillet 2004

Que dire de cette série ? que c'est une insulte a superman ? bien que la série LOIS & CLARK soit moyenne, celle ci avait au moins le mérite de "respecter" l'esprit superman. Cette série est la pire série sf que j'ai vu, les dialogues sont d'une "intelligence rare", les personnages sont "magnifiquement joués" les histoire d'amour sont aussi bien que dans des séries telle que Dynastie, Amour gloire et beauté et autre Feux de l'amour ... Bref à part éclater de rire pendant 45 minute je ne vois pas l'intérêt ....

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 10/10 Sans nom

07 janvier 2004

Moi j'adore SMALLVILLE depuis que ça passe à la télé je le regarde. C'est fantastique comme il y a de l'action dans ce film, il donne envie de le regarder, il y a de beau personnages qui y jouent. Je suis pressée que la saison trois sorte au moins je pourrais savoir la suite de l'histoire car ils ont vraiment interrompu l'histoire à un mauvais endroit car ils laissent un grand moments de suspense.

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 3/10 Anan 7

20 août 2003

L'idée de base des producteurs, c'est a dire faire une série sur les années lycée de superman du style superman passe son bac, superman et sa petite copine, superman va t-il s'acheter un portable? superman est il gay? superman a t-il de l'acné sur la tronche? était dès le départ dictée par la volonté d'imiter des séries comme bouffi contre les vampires, charmed etc... C'est à dire des séries fantasmagoriques pour les petites filles. Eh bien ceux ci ont pleinement réussi leur pari et SMALLVILLE est une excellente série pour les petites filles au même titre que les bisounours, candy ou dawson. Donc malheureusement si vous avez déjà dépassé le seuil fatidique de votre 14ème année vous risquez de vous ennuyez mortellement en suivant les aventures touchepipiesques de notre héros kryptonien.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 7/10 BELMONT Frédéric

15 juin 2003

SMALLVILLE, c'est la genèse de Superman dans le Middle West. Cette nouvelle série fait actuellement un carton aux Etats-Unis et, depuis que M6 a commencé de diffuser la première saison, je ne rate pas un seul épisode! Moi qui, d'habitude, répugne les séries sans saveur du calibre de HIGHLANDER, DARK ANGEL, BUFFY, je suis tombé immédiatement sous le charme de SMALLVILLE. Tout d'abord, le scénario de base est vraiment béton (la ville perdue, l'histoire des météorites, le mystérieux vaisseau et les pouvoirs émergeants du jeune homme...) et la célébrité des autres films consacrés à Superman font que l'on ne peut rester indifférent à la prélogie qui nous est ici proposée. Pour notre plus grand bonheur, cette production s'adresse aussi bien aux néophytes qu'aux amoureux des comics et des 4 films à l'effigie du héros en cape & collants rouges. Le scénario de base utilise un stratagème astucieux et passe-partout d'ironie dramatique. En effet, même si cela n'est jamais évoqué, tout le monde sait que le jeune Clark Kent s'appelle Kalel, qu'il vient de Krypton, que les particules du Soleil Jaune de la Terre lui permettent de devenir surpuissant et qu'un jour, il sera appelé à devenir le justicier de Métropolis mondialement connu, j'ai nommé Superman. L'ignorance du jeune homme, qui s'interroge sur ses origines, est réellement touchante. De plus, certains personnages d'arrière-plan comme les parents de Clark ou le fameux Lex Lutor trouvent matière à un approfondissement psychologique d'envergure : on appréciera de voir avec quel soin Marta et Johnatan s'efforcent de masquer les pouvoirs de leur fils adoptif au fils des années. De nouvelles intrigues apparaissent avec, d'une part, le coming-out de l'adoption facilitée par le milliardaire Lionel Lutor (bonjour le fil à la patte)et, d'autre part, la rencontre "percutante" entre le lycéen Clark et le conducteur Lex Lutor, jeune vingtenaire ambitieux. On s'étonnera d'apprendre qu'avant de se haïr à l'âge adulte, les deux individus étaient d'abord amis. Toutefois, ces bonnes dispositions n'empêchent pas Lex de se méfier du jeune Smallvillien renversé : non content d'avoir été fauché à plus de 100 km/h, Clark Kent s'offre le luxe de déchirer la coque de la Porsche engloutie avant de sauver le conducteur assomé. Pour toutes ces raisons, Lex soupçonne son jeune sauveur de quelques pouvoirs insolites, au point d'engager des détectives privés pour résoudre en vain cette énigme. Pour la plupart des fans, ce chauve intégral est peut-être le personnage le plus abouti de la série. Par ailleurs, le principal attrait des épisodes est justement de maintenir un semblant de normalité en maquillant tous les secrets de la Ferme des Kent. La grande originalité de SMALLVILLE réside en l'éparpillement des mystérieuses roches vertes (la future Kryptonite)dans le secteur : leur présence dans la campagne n'étonne plus personne et l'on voit même certaines jeunes filles en ramasser pour en faire des colliers. Bien sûr, personne ici-bas n'imagine que ces minéraux constituent le Talon d'Achille de Clark. Clark? Mais comment est-il, ce jeune prodige? Au niveau de la distribution, les producteurs ont encore fait mouche avec Tom Welling, un jeune gaillard né en 1977 (comme moi), au sourire Tonygencyl et au look globalement juvénile. Ce nouvel acteur nous fait oublier allègrement tous ses prédécesseurs et, selon moi, sa grande naïveté débordante de bons sentiments permet une approche sympathique de l'histoire (sans excès de naïveté). Ses amies Chloé Sullivan et Lana Lang servent de contrepoint à la série, avec des intrigues secondaires pas toujours dénuées d'intérêt! D'ailleurs, si vous pensez que Lana Lang est la future Lois Lane, vous vous trompez lourdement : le personnage de Lana Lang existait déjà dans les premiers comics des années 60 sous les traits d'une jeune femme rousse aux yeux clairs. En revanche, on est en droit de se demander si Chloé rencontrera un jour Lois, dans le cadre d'une formation journalistique peut-être commune au Daily Planet. Quant au copain noir Pete, sa présence au fin fond de la campagne WASP est malheureusement invraisemblable et répond visiblement à loi des quotas. Encore que ce n'est pas la couleur de peau de ce sympathique basketteur qui me dérange : ce qui me perturbe, c'est l'erreur commise par les scénaristes de lui faire partager le Secret de Clark : nulle part, dans les précédentes histoires de Superman adulte, on n'apprend l'existence d'un allié secret tel que Pete. Ce qui m'incite à penser que ce personnage secondaire sera peut-être amené à périr ou à perdre la mémoire avant que Clark n'accède à la postérité. Bien que SMALLVILLE est censé se dérouler avant les films et la série "Lois et Clark" tournées entre 1993 et 1994, on découvre que les histoires se déroulent au 21° siècle, que les téléphones portables, les SMS, les e-mails et les ordinateurs Internet sont légion. Cette réactualisation n'est cependant pas pour me déplaire. Au niveau du déroulement chronologique, la plupart des épisodes sont indépendants et gravitent autour de pauvres malheureux envoûtés de façon diverse par la Kryptonite. Autrement, certaines histoires permettent de faire évoluer l'intrigue (l'implication de Pete, la tornade, la cécité de Lex Lutor, l'irruption du frère caché de lex, les prises de sang obligatoires de Clark par les infirmiers etc....). C'est alors qu'on se rend compte qu'il y a loin de la coupe au lèvre et que pour devenir le super-héros que nous connaissons, Clark rencontrera de nombreuses embûches mêlées de déceptions sentimentales (certes un peu plus discutables). Le mythe Superman s'enrichit de nouvelles légendes et chaque nouvel obstacle pousse le télespectateur à se demander comment Clark parviendra à ruser. Les décors sont splendides, la campagne est verdoyante et la ville retranscrit bien le thème du microcosme américain qui exclut le monde extérieur. A part les gens de la proche Métropolis, vous ne verrez jamais passer d'itinérants venus de Los Angeles à destination de Chicago, par exemple! Comme dans toute série yankee, tous les indices ont un sens et les scénarii ne s'encombrent pas d'impasses ou de temps morts. Au risque de me répéter, le regard omniscient du spectateur avertit augmente l'intérêt porté à cette série laquelle est loin de se terminer. Tandis que la 3ème saison est annoncée pour la rentrée des classes 2003, certaines rumeurs courent sur Internet selon lesquelles la famille Lutor inviterait un cousin éloigné, un certain Bruce Wayne, jeune orphelin de l'âge de Clark. Je vous laisse imaginer la qualité, l'intérêt et les implications d'une telle histoire croisée dans le monde des Super-héros. En ce moment même, d'âpres discussions ont lieu sur le forum francophone dédié : thetalonfanmix.com que je vous recommande vivement si vous aimez la série.

Avatar choisi par le scifinaute