Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Terminator 3 : le soulèvement des machines

(Terminator 3: Rise of the Machines)

 Les critiques

Nombre de critiques : 16

Total des points : 99

Moyenne obtenue : 6.19/10

n°6 - 8/10 Franck Charvel

21 août 2003

Salut !Bon, moi je trouve que beaucoup sont durs avec ce film! Sans rire, sur un grand écran, la poursuite avec la grue est gigantesque! Je n'avais jamais vu quelque chose comme ça auparavant. Rien que pour ça, il faut voir ce film au cinéma et pas attendre sa sortie en DVD.

Avatar choisi par le scifinaute

n°5 - 6/10 Anan 7

18 août 2003  Attention spoiler

Le soulèvement des machines pourrait s'appeler le soulèvement des gonzesses, car cette fois le vilain terminator est une super meuf roulée comme un top model et sa mission est de tuer john connor et sa futur femme, une vétérinaire qui comme par hasard était dans le même bahu que john. Coïncidence, c’est en plus la première meuf que ce brave john a emballé. Sur ce arrive le futur gouverneur schwarzy qui a pris un coup de vieux mais qui est toujours super costaud et qui doit sauver john, sa meuf et empêcher que le terminator en jupon ne les bute. Voila pour la trame du film, c’est pas très fin mais ça coupe suffisamment la faim pour peu que vous soyez fan des exploits de mister arnold. Niveau explosions et effets spéciaux on en a pour son argent. Cet opus est moins excitant que les deux premiers mais il se laisse regarder avec une certaine jouissance tant on a envi de voir qui de schwarzy ou de la terminana va avoir le dessus sur l'autre.

Avatar choisi par le scifinaute

n°4 - 4/10 Sans nom

17 août 2003

Succéder à deux chef-d'oeuvres (l'un du cinéma de science-fiction, l'autre un monument du cinéma d'action) n'est pas chose facile, d'autant plus lorsque douze ans se sont écoulés. Ayant découvert 'réellement' il y a peu (comme je suis jeune, je ne considère pas les visions de mon enfance) les deux premiers Terminator, je me demandais comment un simple produit véhicule au service d'une star ne tournant plus depuis des années que dans des flops, aurait pu être bon. D'autant que l'équipe avait totalement changée. Et autant dire que T3 n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais, et qu'il se révèle une putain de réussite ! Le scénario est vraiment bon, en parfaite adéquation avec les autres volets -sans toutefois être original, puisque à certains moments quasi-remake du 2- et apporte même de temps en temps un humour, certes décalé, mais plutôt marrant. Jonathan Mostow (réalisateur dont je n'ai vu aucun autre film) se réapproprie le film et aligne les séquences d'actions bien foutues, et dont il n'y a rien à redire. Pourtant même si certains passages ont déjà été vus dans le 2, ce n'est pas gênant. Les acteurs ne sont pas mauvais eux non plus, bien que le personnage de Claire Danes soit sous exploité. Scharzy joue un Terminator très correct, mais moins charismatique que dans T2. Rien à redire sur John Connor ou la Terminatrix, bien que celle-ci ne fasse pas oublier le T1000. Réalisation efficace, séquences d'actions parfaites, jeu d'acteurs convaincant, scénario dans la même lignée que les autres et bons effets spéciaux font que TERMINATOR 3 : LE SOULÈVEMENT DES MACHINES est une réussite, bien que de moins bonne qualité que les films de Cameron (moins sombre également). La trilogie sera finie en beauté, mais un quatrième épisode est plus qu'envisageable...

Avatar choisi par le scifinaute

n°3 - 7/10 Sans nom

10 août 2003

Plutôt un bon film au final. Les scènes d'action sont spectaculaires, on s'amuse bien à revoir scharzi reprendre une nouvelle fois le rôle du Terminator. Dommage que le premier quart d'heure soit une simple copie du 2. Un brin décevant mais fun quand même.

Avatar choisi par le scifinaute

n°2 - 5/10 P A

10 août 2003

Décidément, Schwarzy est un sacré hypocrite. J'ai déjà pas senti le film après avoir vu et entendu l'acteur un peu partout dans les médias français pour faire une promo hyper agressive de son dernier film, insistant sur le fait que c'était le meilleur Terminator qu'il ait jamais tourné. Remarquez, avec un succès en demi teinte aux Etats Unis, il fallait mettre les bouchées doubles pour financer sa campagne électorale au poste de gouverneur de Californie. Bref, ne soyons pas médisant inutilement, le film suscite déjà suffisamment de remarques.
Pour ce qui est de l'histoire, pas de surprise, c'est un Terminator. Comme pour le 2, la principale critique est qu'il n'y a pas d'originalité scénaristique : un robot revient du futur, il est ultra sophistiqué, il veut tuer le chef de la résistance et ses acolytes, mais heureusement, il y a le bon Terminator pour les défendre, ... Les rapports entre les différents protagonistes ne sont pas très poussés par rapport au 2° volet où la machine avait une relation particulière avec le petit garçon qui allait devenir le chef de la résistance. On a droit à la place à de l'humour, qui à la longue devient un peu saoulant puisque ce n'est pas vraiment l'esprit de la série au départ, même si il y a pas mal de référence au 2. Les effets spéciaux sont assez réussi même si ils ne sont pas omniprésents. On a plus à faire à un road movies puisque les séquences de cascades s'enchaînent directement avec les séquences de combat entre les 2 Terminator, et ainsi de suite pendant 1 h 30 (ce qui est un peu court au passage). Seule pointe d'originalité, la fin qui n'est pas vraiment happy comme dans toute bonne réalisation hollywoodienne, mais qui laisse la porte ouverte à toute une série de suites.A signaler aussi que le thème musical de Terminator a été remplacé par un autre plus que discret, ne marquant pas spécialement les esprits (je ne m'en rappelle déjà plus !)
Bref, dans l'ensemble, on peut considérer que c'est une suite à réserver exclusivement aux afficionados de Schwarzy, non indispensable et surtout destinée à surfer sur la vague de 2 premiers. Espérons que ce sauveur de l'humanité va être élu et qu'il change définitivement de métier, ça vaudra mieux pour tout le monde :-)

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 7/10 BELMONT Frédéric

06 août 2003  Attention spoiler

La critique est facile, l'art est difficile : « Whatever you do, something terrible has to happen ! » Je viens de voir « Terminator 3 : le Soulèvement des Machines » et je souhaite bien sûr vous donner mon avis. En 1991, T2 m'avait littéralement subjugué de par la qualité de ses effets spéciaux (révolutionnaires pour l'époque), en plus d'un scénario-béton beaucoup plus optimiste. Si ma mémoire est bonne, le deuxième opus de James Cameron avait généré quelque 6 millions d'entrées en France et avait continué d'alimenter la chronique des années après sa sortie. Depuis plus de dix ans qu'une suite était annoncée, je suis allé voir T3 à froid, sans trop y croire. Eh bien, je puis vous dire que le millésime 2003 est un excellent film d'action, bien qu'il n'atteigne pas l'intensité dramatique des deux premiers. L'histoire reprend pas mal de clichés aux premiers films (la scène de l'habillage, le vol des véhicules, la fuite dans le désert, certaines répliques amusantes.) tout en apportant quelques éléments d'originalité. Moi qui me demandais comment les producteurs parviendraient à faire une rétrospective de la saga sans tomber dans le piège des flash-back, ils ont l'excellente idée de nous présenter un monologue tenu par John Connors! L'apocalypse annoncée n'a pas eu lieu mais le héros, méfiant, ne baisse pas sa garde ! De mémoire d'homme, la scène de poursuite de la camionnette par les véhicules d'intervention et la grue est probablement la plus spectaculaire qu'il me fut donné de voir au cinéma. La Terminatrice possède en outre l'incroyable faculté de télécommander les voitures à distance (lorsqu'elles sont sous contact) et l'idée d'une armada automobile est bien exploitée dans le film. Les effets spéciaux sont excellents (les explosions nombreuses et assourdissantes, les robots tueurs bien animés, certaines trouvailles vous feront froid dans le dos, la valse des missiles vous clouera sur votre fauteuil) mais ils ne donnent toutefois guère l'impression qu'il s'agit du film le plus cher de l'histoire (150 millions de $ semblent exagérés, à moins qu'ils ne comprennent surtout le cachet des vedettes).

Au niveau de la distribution, Arnold Schwarzenegger reste impeccable dans son rôle de Cyborg T-8000. Ce dernier n'est plus le méchant tueur de T1, ni le gentil protecteur de T2 mais une espèce d'hybride indéterminé en ceci qu'il prétend être un méchant reprogrammé. N'oublions pas non plus que cette troisième réplique provient d'un futur alternatif dans lequel le Jugement Dernier a été retardé à défaut d'être annulé. L'ambiguïté du personnage n'est pas sans me rappeler Helen Ripley dans Alien 4 : on s'imagine côtoyer le même être alors qu'il s'agit d'un clone plus ou moins envoûté par les Aliens. Au passage, ce T-8000 nous apprend qu'il a tué John Connors en 2032 juste avant d'être converti à la cause des Résistants. L'acteur Edward Furlong, renvoyé pour cause d'alcoolisme, a été remplacé par Nick Stahl sans que le récit ne perde en crédibilité. Quant à Linda Hamilton, absente de l'aventure (Sarah Connors serait morte d'une leucémie en 1997), son fantôme semble transmettre le flambeau à Claire Danes alias Catherine Brewsters, la future épouse de John. Au début du film, vous serez ravis d'apprendre que John et Catherine se connaissent pour avoir été d'anciens camarades de classe de collège. Or, leurs retrouvailles, quoique purement accidentelles, précèdent de quelques minutes l'arrivée des machines venues du futur. L'irruption de ce personnage secondaire est inédit dans la saga mais son rôle demeure parfaitement viable d'autant qu'elle n'est pas le genre de nana américaine qui alourdit, comme bien souvent, les histoires. Bien au contraire, elle se découvre un bel avenir de Lieutenant en Second et nous sursautons en apprenant que c'est elle-même qui a reprogrammé le troisième Terminator dans le futur! Ne soyons pas misogynes et saluons également la performance de Kristina Loken qui interprète la Terminatrice. Son personnage est effrayant à souhait, bien qu'il n'égale pas la cruauté du T-1000 (jadis incarné par Patrick Stewart, reconverti dernièrement en Agent Duggets dans « X-Files »).

Au final, nous obtenons un film réussi (le plus marquant de l'année pour le moment) mais qui souffre principalement d'être trop court (1h49mn). L'absence totale de James Cameron y est peut-être pour quelque chose (par exemple, nous n'avons droit à aucun flash-back de la guerre dans le futur). Le film se termine juste avant l'anéantissement total de la race humaine, sans même que l'on ne voit cette résistance se constituer. Dans T1, la vision nocturne des résistants périssant sur le champ de bataille était à vous glacer le sang. Dans T2, elle nous plongeait immédiatement dans l'ambiance post-apocalyptique géniale. Dans T3, la seule image patriotique que nous ayons semble uniquement puisée des cauchemars de John. Toutefois, les monstrueux engins volants de T2 refont leur apparition sous la forme de minuscules prototypes qu'il n'est plus nécessaire de présenter . On se demande d'ailleurs de quelle façon ils ont été construits, puisque les informations contenues dans le bras du premier Terminator avaient été détruites. D'autre part, le scénario de T3 souffre d'au moins 2 grosses incohérences, malheureusement souvent répétées : tout d'abord, John Connors est né le 28 février 1985 (voir T2) et ne pouvait pas avoir 13 ans dans T2 puisque l'action de l'Episode 2 se déroule en 1995. Toujours dans T2, le psychiatre présente Sarah à ses confrères comme une jeune femme de 29 ans, donc née en 1966. Conséquemment, sa date de naissance 1959 inscrite sur le caveau funéraire est tout naturellement erronée. Quant à l'année de déroulement de T3, il semble que nous soyons en 2008 car John approche les 23 ans. En ce qui concerne les hypothèses d'univers parallèle et de futur modifié, de nombreux doutes subsistent et je sais que vos questionnements ne manqueront pas d'affluer sur le forum de www.terminator3.com . Selon moi, il n'y aura pas d'avant et d'après T3 en matière d'effets spéciaux mais probablement une suite au niveau du scénario. Et dès que le DVD « Rise of the Machines » sera commercialisé, comptez-sur moi pour me jeter dessus.

Avatar choisi par le scifinaute