Vous n'avez encore accédé à aucune fiche…

Twilight : chapitre 2 - Tentation

(New Moon)

 Les critiques

Nombre de critiques : 2

Total des points : 11

Moyenne obtenue : 5.50/10

n°2 - 5/10 Chris

13 novembre 2020

Tout a été dit dans la critique signée Motoko, que dire de plus, si moi-même j'avais bien accroché à l'opus précédent j'ai un peu décroché devant l'histoire que je trouve de moins en moins passionnante à mesure de l'avancée du scénario. Pour moi donc bof. Mais voilà n'étant pas seul à voir cette production, par moments tellement sirupeuse et parfois mièvre s'adressant plus aux jeunes femmes, l'on sent quelles accrochent bien plus que nous au déroulé d'un scénario sans pourtant de véritables rebondissements.

Avatar choisi par le scifinaute

n°1 - 6/10 motoko

20 novembre 2009

En gros Twilight est un summum de condensé de marshmallow rose et franchement, c'est pire que tout ce qu'on peut prévoir et anticiper (si si). On a beau s'être préparé mentalement, qu'on est déjà dans la salle avec un léger filet de sang qui coule des oreilles, le regard perdu, cherchant vainement à se raccrocher à la vie devant tant de finesses scénaristiques. C'est simple le film entier tourne autour de l'héroine de 17 ans, de ses hormones, de son "je t'aime moi non plus, mais si, mais en fait non, j'aime les muscles, mais bon laisses moi réfléchir".

Bref c'est une ado comme les autres, elle se cherche, le monde entier tourne autour d'elle et elle voit l'amour comme une "rosée du matin sur les pétales d'une rose gorgée de miel un soir d'été, moi et mon best 4evaaa". Non sérieux c'est une métaphore de l'adolescence ce film :
personne ne sait ce qu'il veut, recherche et découverte de transformation physique, doute sur son avenir et sur sa place dans le monde, vivre dangereusement pour à nouveau se sentir vivant, premier vrai contact avec l'amour passionnel et la première désillusion tout en étant complètement dépassé par ses hormones, nouvelle prise de responsabilités et enfin sensation d'être élu ou au centre du monde, sans oublier présence de bogoss torse poils a tout les coins de pellicule.

La où on pourrait utiliser le personnage comme une rampe d'accès à un background sérieux et passionnant (les vampires quoi bowdel) on a droit tout juste à de légères informations amenant des personnages secondaire sans plus mais on se tape toute l'introspection d'une gamine de 17 ans en plein doute dans un film "walt disney". Il n'y a pratiquement pas d'action et je crois réellement que "la romancière" fume du crack sous morphine vu comment le scénatio se tient certaine fois. Un dernier truc, un amérindien qui s'appelle Jacob euh... allez pourquoi pas on est dans le fantastique, mais alors le type et ses potes gay qui jouent dans la forêt torse nu (il a souvent de l'eau qui épouse ses muscles saillants tout le long du film) c'est énorme. Go the gay way, go ! Une seule scène a sauver à mon sens, la poursuite dans la forêt filmé au ralenti sur fond de "hearing damage de Thom Yorke" qui est assez efficace. Bon bref a voté.

Avatar choisi par le scifinaute